pour mieux accompagner votre jeune
dans son orientation scolaire
et professionnelle

Mon jeune a des besoins particuliers

La transition vers la vie adulte des jeunes qui présentent une déficience intellectuelle

  Anne-Isabelle Lévesque  RIRE/CTREQ

Pour les jeunes atteints d’une déficience intellectuelle, la fréquentation d’une école spécialisée publique leur permet d’être stimulés sur le plan cognitif, sensoriel, social et physique. De plus, elle permet à leurs parents de continuer de travailler et de conserver une vie sociale active. Toutefois, peu d’études ont analysé les facteurs qui influent sur le vécu, souvent difficile, des familles dont un membre atteint d’une déficience vit une transition vers l’âge, la vie adulte.

Shutterstock/docstockmedia

Dans le cadre de son projet de maîtrise en sciences cliniques, Camille Gauthier-Boudreault s’est intéressée aux besoins des jeunes adultes qui présentent une déficience intellectuelle profonde, et de leur famille, au moment qui correspond à la fin de la scolarisation de ces jeunes.

Objectif et méthodologie

Concrètement, Gauthier-Boudreault souhaitait décrire non seulement les besoins des personnes atteintes d’une déficience intellectuelle profonde lors de la transition vers la vie adulte, mais aussi le vécu des parents lors de cette période, ainsi que les facteurs qui influencent leur vécu. L’étudiante a également exploré des pistes de solution à mettre en place.

Pour ce faire, l’auteure a notamment réalisé deux entrevues semi-dirigées individuelles auprès des parents de 14 jeunes adultes, âgés de 18 à 26 ans, qui présentent une déficience intellectuelle profonde. La deuxième entrevue permettait de valider et d’approfondir les résultats obtenus. Les participants résidaient dans les régions suivantes du Québec : Estrie, Mauricie, Centre-du-Québec et Montérégie.

[Attitudes et croyances concernant la déficience intellectuelle
de la population québécoise et des dispensateurs de services]
 

Les résultats

L’étude conduite par Gauthier-Boudreault lui a permis d’identifier les quatre types de besoins suivants.

1. Soutien matériel
On observe un « trou de services » une fois terminée la période de scolarisation, particulièrement en ce qui concerne l’accès à des ressources et des services qui aideraient les familles concernées à faire face aux diverses exigences de la vie quotidienne ainsi qu’à résoudre des problèmes pratiques. De plus, le partage peu défini des responsabilités occasionne une discontinuité dans les services offerts pour accompagner les familles durant cette période de transition.

2. Soutien informatif
L’accès difficile à l’information, par exemple au sujet des options de participation sociale disponibles ou des démarches légales et financières requises lorsque les jeunes atteignent l’âge adulte, une fois terminée leur scolarisation, alourdit le processus de transition.

3. Soutien cognitif
Les services proposés en centre d’activités de jour semblent peu adaptés aux besoins des jeunes adultes qui présentent une déficience intellectuelle profonde.

4. Soutien affectif
Lors de la préparation à la transition vers l’âge adulte des jeunes concernés, et de leur famille, aucun service avec le but de soutenir (ex. : moralement) les parents n’est disponible.

 

L’ensemble des parents vit difficilement cette transition et la majorité a mentionné qu’ils auraient eu besoin d’être accompagnés au travers de ce processus.

 

Pour connaître les solutions répertoriées dans la littérature scientifique et celles proposées par les parents, consulter le document principal de l’étude de Gauthier-Boudreault.

 

[Consulter le mémoire]

 

Référence

Gauthier-Boudreault, C. (2016). La transition vers la vie adulte : les besoins des jeunes adultes présentant une déficience intellectuelle profonde et de leur famille, les facteurs qui l’influencent et les pistes de solutions pour la faciliter. Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke. Repéré à http://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/9536

 

Source de l’image : Shutterstock/docstockmedia